Self-Défense STREET

QU’EST CE QUE LA SELF DÉFENSE?

2-2

A priori la réponse semble simple. Le terme Self-Défense est un anglicisme qui signifie apprendre à se défendre soi-même. Donc tous les arts martiaux (ou sports de combat) peuvent être de la Self-Défense… c’est d’ailleurs l’opinion de l’Etat Français qui considère que tout enseignant d’arts martiaux ou de sport de combat peut enseigner de la Self-Défense.
Il me semble donc essentiel ce définir les caractéristiques d’un enseignement de la Self-Défense :

1 – Approche Globale

La Self-Défense ne doit pas se contenter de techniques de défense physique mais doit gérer la pré-agression (vigilance, gestion verbale, décryptage du langage corporel, connaissance des types d’agresseurs et de leurs techniques…) ainsi que la post-agression (fuite, notions de base en secourisme, gestion du choc post-traumatique…). Dans la phase de défense physique l’enseignement doit prendre en compte tous les paramètres (gestion du stress, de l’environnement, utilisation des objets usuels…).

2 – Respect du cadre légal

Toutes les techniques enseignées doivent être resituées dans un contexte précis d’agression et respecter notamment les critères de proportionnalité imposés par le cadre légal de la Légitime Défense.

Le respect de ces 2 axes me semble primordial pour un enseignement juste, honnête et réaliste de la Self-Défense. Peu importe ensuite quelles seront les techniques enseignées ainsi que leur « origine » martiale pourvu qu’elles aient un bon ratio simplicité / efficacité et qu’elles soient adaptées à la réalité du terrain.

Le Self-Défense STREET ou Auto-défense

C’est…

  • Savoir éviter les agressions;
  • Savoir gérer des conflits;
  • Savoir se défendre, dans le respect des lois, à l’aide de techniques simples, réalistes, efficaces;
  • Adaptées à l’âge, au sexe, à la morphologie de chaque personne en tous lieux, en toutes circonstances contre un ou plusieurs agresseurs;
  • Savoir porter secours à autrui sans se mettre en danger soi-même.

Qu’est ce qu’un bon instructeur ?

  • Il a une expérience des conflits;
  • Il ne perd jamais de vue la réalité et le rapport à la loi
  • Il a reçu une formation complète par un organisme compétent;
  • Il ne cesse jamais de se perfectionner dans tous les domaines touchant à la self-défense;
  • Il fait preuve de pédagogie, de psychologie et d’honnêteté;
  • Il veille à la sécurité de ses élèves.

SON RÔLE

Il enseigne la prévention, la gestion des conflits et comment réagir à la confrontation lorsqu’elle est inévitable.
Il enseigne les principes qui régissent les arts martiaux, les sports de combat et des techniques simples, réalistes, efficaces, adaptées au sexe, à l’âge, à la morphologie, à la force et au psychisme de chacun.
Il met les élèves en situation le plus proche possible de la réalité en utilisant les principes et les techniques dans des exercices ou « jeux de rôle » qui laissent de plus en plus de place à l’incertitude et à la difficulté.
Il entraîne ses élèves, dans des lieux différents, à se défendre en toutes circonstances.
Il les prépare psychologiquement et physiquement à affronter l’agression dans toutes les situations, en apprenant à contrôler la peur, en augmentant le stress au cours des exercices et en préparant le corps par des exercices physiques appropriés respectueux de leur santé.
Il porte à la connaissance de ses élèves, les lois sur la légitime défense.
Il ne les leurre pas sur la difficulté d’apprendre à se défendre.

Article 122-5  – En vigueur depuis

le 1 Mars 1994

N’est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d’elle-même ou d’autrui, sauf s’il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l’atteinte.

N’est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l’exécution d’un crime ou d’un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu’un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l’infraction.